Plongeon dans le Paris du XVIIIe avec Nicolas Le Floch

Mon dernier voyage littéraire m’a ouvert les portes du Paris du XVIIIe siècle. Nous sommes en 1761, mon guide s’appelle Nicolas Le Floch, né en Bretagne et fraîchement débarqué à Paris pour devenir le secrétaire du commissaire Lardin sous l’autorité de M. de Sartine, chef des affaires secrètes de Louis XV. Le décor est planté, c’est ici que démarre la première enquête de Nicolas Le Floch, L’énigme des Blancs-Manteaux, de Jean-François Parot.

L'énigme des Blancs-Manteaux

J’ai découvert ce livre au hasard dans une librairie, en tombant sur L’enquête russe au rayon des nouveautés, le dixième volume de la saga (qui en compte onze à ce jour). Généralement, les séries me plaisent, il était donc normal que je reparte avec le premier volume. J’ai été intriguée par l’histoire de ce Nicolas Le Floch, considéré comme le nouveau Maigret (que je n’ai jamais lu d’ailleurs) et par la découverte de Paris au XVIIIe. L’énigme des Blancs-Manteaux marque le début d’une nouvelle vie pour le jeune Nicolas, clerc de notaire à Rennes qui arrive à Paris en 1761 en tant que secrétaire du commissaire Lardin et qui va très vite se retrouver au coeur d’une histoire incroyable et cruelle où se mêlent crime, prostitution, corruption et jeu.

L’enquête est complexe, prenante et bien ficelée mais c’est surtout la connaissance de Parot, romancier et diplomate, et le niveau de détails qui m’ont impressionnée. Louis XV et sa favorite, la marquise de Pompadour, ont évidemment une place importante dans ce livre mais ne sont pas au coeur de l’histoire. Nous suivons Nicolas Le Floch dans le Paris bourgeois, glauque et sale, et non à la cour. Les noms de rues et les hauts lieux de la capitale se suivent mais ne ressemblent pas au Paris que l’on connaît aujourd’hui. Le jour, les marcheurs évitent le sang qui s’écoule aux abords des boucheries et la nuit, les fiacres sillonnent les rues sombres et vides, et les hommes se rendent masqués dans de célèbres maisons closes.

La compréhension est parfois difficile à cause d’un vocabulaire ancien et de la complexité de l’enquête. En revanche, on se laisse très facilement prendre par l’histoire qui, à chaque nouveau chapitre, apporte son lot de surprises et de découvertes, amenant le lecteur à suivre l’ascension d’un jeune breton catapulté dans un monde impitoyable : celui du mensonge et du complot.

Ce que dit la 4e de couv :

En 1761, le jeune Nicolas Le Floch quitte sa Bretagne natale pour entrer au service de M. de Sartine, chef des affaires secrètes de Louis XV. Devenu l’un des espions du lieutenant général de police, Nicolas va vite découvrir la cruauté des hommes et la brutalité des complots : à Paris, dans le monde du crime, tout tourne autour du jeu, de la débauche et du vol qui communiquent par d’innombrables labyrinthes. Son premier meurtre le plonge au cœur des perversités de la capitale : un commissaire corrompu, une épouse ex-pensionnaire d’une maison de plaisir, un cadavre rue des Blancs-Manteaux, un bourreau médecin légiste à la morgue de la Basse-Geôle… Et si tout cela le conduisait trop près du roi et de Mme de Pompadour ? Une enquête qui fait revivre le Paris du XVIIIe siècle, son atmosphère, ses rues, ses passants, ses rites, ses crimes et ses mystères.

Paru aux éditions 10-18.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s