La spirale infernale du mensonge

Ce n’est pas tellement mon genre d’abandonner un livre en cours de route, mais De l’Allemagne de Madame Staël n’est pas très divertissant et en ce moment, j’ai justement besoin de me divertir. Alors je le laisse de côté pour le moment et contrairement à ce que j’ai dit dans mon dernier post, je n’ai pas choisi de lire Orgueil et préjugés de Jane Austen mais Spirales de Tatiana de Rosnay. La littérature et les histoires contemporaines sont parfaites pour s’évader un peu et profiter d’une lecture fluide et agréable.

Spirales, mon premier Tatiana de Rosnay, ne déroge pas à la règle et m’a offert trois jours de suspense et de plaisir.

Spirales

La frontière entre le bien et le mal, le déchirement entre la vérité et le mensonge sont les fils rouges de Spirales. L’histoire paraît invraisemblable à certains moments mais est également très réaliste. C’est le genre d’histoire que l’on voit dans les films mais qui pourrait finalement arriver à n’importe quelle femme. J’apprécie ce genre de lecture qui nous pousse à réfléchir un peu sur nous-même et à nous poser la fameuse question : « Et moi ? Qu’aurais-je fait à sa place ? ». Au fil des pages, nous suivons cette cinquantenaire, Hélène, s’enfoncer dans une spirale infernale qui ne semble jamais s’arrêter. On désapprouve souvent ses choix, on la comprend parfois et on est surtout impatient de découvrir la suite, d’avancer aux côtés de cette femme « parfaite » qui, petit à petit, perd le contrôle.

En tant que fan inconditionnelle de la série Desperate Housewives, je n’ai pu m’empêcher de penser à Bree Van de Kamp, probablement le personnage le plus complet de la série. Comme Hélène, l’héroïne de Tatiana de Rosnay, Bree représente la femme modèle, à la vertu inébranlable qui, par amour pour ses proches mais surtout par amour pour son apparence, sera prête à tout, même à oublier la distinction entre le bien et le mal.

Le seul bémol à mon avis est la fin. Sans vous la dévoiler, je dirais simplement qu’elle nous laisse sur notre faim. Elle est incompréhensible ou difficile à imaginer. Cela ne m’enlève pas le plaisir que j’ai eu à lire Spirales, ni l’envie que ce livre m’a donnée de découvrir d’autres romans de Tatiana de Rosnay. Je me pose seulement une question : et s’il n’y avait rien à imaginer d’autre que la fin que l’auteur a bien voulu nous donner ? Méditation…

Ce que dit la 4e de couv :

Hélène, la cinquantaine paisible, mène une vie sans histoire auprès de son mari, de son fils, de sa fille et de ses petits-enfants. Hélène est une épouse modèle, une femme parfaite. Un jour d’été caniculaire à Paris, sur un coup de tête, elle cède aux avances d’un inconnu. L’adultère vire au cauchemar quand, au lit, l’amant sans nom meurt d’une crise cardiaque. Hélène s’enfuit, décidée à ne jamais en parler et, surtout, à tout oublier. Mais, dans son affolement, elle laisse son sac à main… avec ses papiers. Happée par une spirale infernale, Hélène ira très loin pour sauver les apparences. Très loin, mais jusqu’où ? Dans ce roman au suspense hitchcockien, Tatiana de Rosnay explore les arcanes de la bonne conscience et la frontière fragile entre le bien et le mal.

Publicités

4 réflexions sur “La spirale infernale du mensonge

  1. Du coup, je découvre ton blog (qui est très sympa !) et j’aime beaucoup tes lectures 🙂 Tatiana de Rosnay est un auteur que j’ai découvert l’année dernière et dont j’apprécie beaucoup l’écriture, et ce roman me fait bien envie aussi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s