Top Ten Tuesday #8 – Mes coups de coeur 2013

Le Top Ten Tuesday est le rendez-vous hebdomadaire dans lequel chaque blogueur liste son top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

top ten tuesday

Le thème de cette semaine est : Votre top 10 des livres lus en 2013 jusqu’à maintenant. J’ai lu une quinzaine de livres depuis le début de l’année, pas suffisant pour vous offrir un top 10 mais je peux aller jusqu’à 6.

  1. Cent ans, Herbjørg Wassmo – Un roman intime et poignant à découvrir. Cent ans fut ma première chronique sur ce blog et elle est à découvrir ici.
  2. L’énigme des Blancs-Manteaux, Jean-François Parot – Ma première enquête de Nicolas Le Floch : passionnante et intrigante !
  3. Orgueil et préjugés, Jane Austen – Je peux dire sans hésiter qu’Orgueil et préjugés est ma découverte de l’année. Un livre magnifique, drôle et très bien écrit. Une révélation !
  4. La Mécanique du Coeur, Mathias Malzieu – Une histoire émouvante, magique et fantastique… ce roman est une petite pépite.
  5. Emma, Jane AustenSeconde découverte de l’univers de Jane Austen qui ne m’a pas déçue.
  6. Le Chien des Baskerville (Sherlock Holmes), Arthur Conan Doyle – Encore une découverte, celle du monde de Sherlock Holmes. Un super livre qui fera bientôt l’objet d’une chronique…

Et vous, quels sont vos coups de coeur 2013 ?

Léviathan, fin explosive d’un terroriste

Que ce soit grâce à une fin explosive, une histoire à couper le souffle ou tout simplement grâce à une écriture différente ou maîtrisée, certains livres nous marquent mais toujours de manière différente. Le Léviathan de Paul Auster, que j’ai lu il y a environ deux semaines, rentre plutôt dans la troisième catégorie. Ce fut mon premier Paul Auster et je dois dire que sa plume ne m’a pas laissée indifférente.

Léviathan n’est pas un roman où le début et la fin de l’histoire importent mais plutôt un roman qui nous ouvre les yeux sur la manière dont des événements, en apparence anodins, peuvent faire basculer une vie, un destin. Dés le départ, on sait (à peu près) où se termine l’histoire et où elle commence, l’intérêt se trouve principalement sur ce qu’il y a entre les deux.

Le Rat de Librairie_Léviathan_Paul Auster_2013

Lire la suite

Top Ten Tuesday #7 – Les 10 livres à lire cet été

Le Top Ten Tuesday est le rendez-vous hebdomadaire dans lequel chaque blogueur liste son top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

top ten tuesday

Si l’on oublie le temps capricieux, le thème de cette semaine est en accord avec la période : Les 10 livres à lire cet été. Je me prête volontiers au jeu et voici ma liste avec en prime, la quatrième de couverture de chacun des livres. En espérant que cela vous donnera aussi quelques idées !

  1. Quelle famille !, Tom Sharpe – Il est d’une méchanceté inouïe et déteste la terre entière, à commencer par sa propore famille ! Quel motif haineux peut donc bien pousser Lord Putrefact, l’un des plus riches industriels d’Angleterre et l’un des plus originaux, à inviter en sa demeure le jeune virulent professeur Walden Yapp, connu pour ses opinions extrémistes ?
  2. Ce que savait Maisie, Henry James – Au divorce de ses parents, Maisie est l’objet d’un jugement de Salomon, « coupée par moitié, et les tronçons jetés impartialement aux deux adversaires ». Enjeu et instrument de la haine que se vouent ses géniteurs avant d’être rejetée comme un témoin gênant, elle est la spectatrice passive de l’égoïsme des adultes. A travers son regard innocent et lucide, Henry James compose une peinture ironique des passions humaines. Ce roman est le tour de force d’un maître en psychologie, la recréation d’une âme enfantine et du monde qui l’entoure, où l’analyse minutieuse des sentiments, d’une profondeur remarquable, laisse le lecteur émerveillé.
  3. La littérature anglaise (Que sais-je ?), Frédéric Regard – Marlowe, Shakespeare, Dryden, Swift, Defoe, Blake, Keats, Austen, Dickens, Wilde, Woolf, Rushdie, autant de grandes figures qui ont marqué durablement la poésie, le théâtre, les essais politiques ou encore le roman. La musicalité de la langue anglaise a permis un épanouissement original de différents genres littéraires, habités par une exceptionnelle sensibilité poétique. Cet ouvrage met en lumière les liens étroits entre le développement littéraire en Grande-Bretagne et l’évolution politique, morale et religieuse spécifique à ce pays. Des premières chroniques aux romans du XXe siècle, il offre un panorama historique complet de la littéraire anglaise, en souligne les phases majeures, les genres particuliers, les auteurs (hommes et femmes) remarquables.
  4. Des fleurs pour Algernon, Daniel Keyes – Algernon est une souris dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les savants tentent, avec l’assistance de la psychologue Alice Kinnian, d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour, les facultés supérieures d’Algernon commencent à décliner…
  5. Tuer le père, Amélie Nothomb – Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur. A. N.
  6. La Dame en blanc, William Wilkie Collins – Les Français avaient oublié ce roman, ancêtre de tous les thrillers, qui fascinait Borges et rendit jaloux Dickens. Il nous révèle une sorte de « Hitchcock de la littérature » : suspens, pièges diaboliquement retors, terreurs intimes, secrètes inconvenances – rien n’y manque. Pourtant le chef-d’oeuvre de Collins n’a jamais cessé d’être dans les pays anglo-saxons un succès populaire : l’un des plus sûrs moyens, en tout cas, d’empêcher l’innocent lecteur de dormir.
  7. L’étrangleur de Cater Street, Anne Perry – Suffragette avant l’heure, la téméraire Charlotte Ellison n’aime ni l’étiquette ni le badinage des jeunes filles bien nées. Dévorant en cachette les faits-divers des journaux, sa curiosité la mêlera à une affaire des plus périlleuses, aux côtés du séduisant inspecteur Pitt de Scotland Yard. Dans le Londres des années 1880, le danger guette et les femmes en sont souvent la proie… Sherlock Holmes en jupons, la divine Charlotte dénoue son premier crime et inaugure une longue série d’enquêtes haletantes, dévoilant une Angleterre victorienne pleine de secrets.
  8. Le Parfum, Patrick Süskind – Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s’appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pas survécu. Mais Grenouille n’avait besoin que d’un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n’avait besoin de rien. Or ce monstre de Grenouille, car il s’agissait bel et bien d’un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l’univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes ».
  9. 1Q84 : Livre 3, Octobre-décembre, Haruki Murakami – Au Japon, d’octobre à décembre 1984. Aux voix d’Aomamé et de Tengo se joint dans ce troisième volume celle du détective Ushikawa. Enrôlé par la secte des Précurseurs, Ushikawa se lance aux trousses de la tueuse et de l’écrivain, et lève un à un les voiles sur leur passé. Sous les deux lunes de 1Q84, un complexe jeu du chat et de la souris se met en place. Pour Aomamé et Tengo, le temps est désormais compté…
  10. Les Hauts de Hurle-Vent, Emily Brontë – Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste. Ce roman anglais, le plus célèbre du XIXe siècle à nos jours, a été écrit par une jeune fille qui vivait avec ses soeurs au milieu des landes de bruyère. Elle ne connut jamais cette passion violente ni cette haine destructrice. Elle imagina tout, même le fantôme de la femme aimée revenant tourmenter l’orgueilleux qui l’a tuée.

Les plus attentifs d’entre vous auront peut-être remarqué que cette liste de l’été ne contient que deux titres issus de ma liste pour 2013… Je sais, quand il s’agit de livres, je suis incontrôlable !

Et vous, avez-vous fait votre liste de l’été ?

Jane Eyre ou les Mémoires d’une institutrice

Mon voyage au coeur de la littérature anglaise du XIXe siècle continue avec Jane Eyre de Charlotte Brontë que je viens tout juste de terminer. C’est donc un avis à chaud que je vous propose ! Jane Eyre est l’un des romans figurant sur ma liste des livres à lire cette année et cette lecture s’inscrit également dans le cadre du Challenge Victorien 2013 auquel je participe.

Publié en 1847, Jane Eyre est le premier roman publié de Charlotte Brontë, romancière britannique née en 1816 et morte en 1855. Charlotte est le troisième enfant d’une famille littéraire très connue grâce à ses oeuvres et à celles de ces soeurs, Emily et Anne. Lorsque l’on se plonge dans la biographie des soeurs Brontë, nos âmes sensibles sont mises à rude épreuve : la maladie et la mort sont, dans cette famille, omniprésentes. Ces deux thèmes, en plus de la religion, sont également majeurs dans Jane Eyre, plongeant le lecteur dans une ambiance mélancolique voire glauque. La lecture est souvent complexe mais le style de Charlotte Brontë est très poétique et puissant.

Le Rat de Librairie_Jane Eyre_Charlotte Bronte_2013

Lire la suite

Chloé, 26 ans, attirée par un bel enfoiré

Que l’on soit un lecteur avisé ou non, il était pratiquement impossible de passer à côté du succès de Cinquante nuances de Grey, « sex-seller » publié en 2012 et vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Les retombées médiatiques et la campagne de publicité ne sont pas passées inaperçues, présentant la saga de E. L. James comme un véritable phénomène. Tout d’abord intriguée, j’ai très vite abandonné l’idée de me le procurer. Généralement, je ne suis pas sensible aux nouveautés littéraires encore moins lorsque celles-ci se trouvent dans tous les magazines, peut-être à tort. Les critiques de mon entourage ont confirmé ma position, je n’ai ni acheté, ni lu Cinquante nuances de Grey.

Malgré cela, ma curiosité persistait. Je voulais surtout connaître  l’histoire qui a autant passionné les américaines et les britanniques, et essayer de comprendre par moi-même, le succès du roman érotique dont tout le monde parlait (tout en sachant d’avance que les américaines, malgré leur image, sont souvent bien plus prudes que nous, européennes). Grâce à Entrée Livre et à leurs Jeudis critiques, j’ai pu découvrir le dernier roman érotique en date : Beautiful Bastard. Je ne pourrais pas faire de comparaison avec Cinquante nuances de Grey mais les critiques lues sur la toile confirment que « BB » est beaucoup mieux écrit. Ni une ni deux, je me suis plongée dans ce roman écrit à quatre mains par Christina et Lauren.

Le Rat de Librairie_Beautiful Bastard_2013

Lire la suite

C’est parti pour le Challenge Victorien 2013 !

Les challenges sont très nombreux sur la blogosphère littéraire et cela faisait un moment que l’idée de participer à l’un d’entre eux me trottait dans la tête. Faute d’avoir trouvé LE challenge qui me correspondait, j’attendais donc patiemment que le thème parfait voit le jour ou d’avoir une grande idée de challenge (qui ne m’est pas venue). Grâce à l’article de Bianca et à l’idée fabuleuse de l’organisatrice, Arieste, je l’ai trouvé : le Challenge Victorien 2013 !

challenge-victorien-2013-arieste

Pourquoi je participe ? Mes premières lectures austeniennes (Orgueil et préjugés et Emma) m’ont véritablement ouvert les yeux sur la littérature anglaise qui ne me passionnait pas outre mesure auparavant. Jane Austen est une femme littéraire de l’époque du romantisme, le premier mouvement littéraire du XIXe siècle et celui que l’on considère comme le prologue de la littérature victorienne. Naturellement, je me suis donc renseignée sur l’ère victorienne et plusieurs auteurs ont attiré mon attention comme les soeurs Brontë ou encore Anne Perry, plus récente et dont les histoires se déroulent à cette époque. Nombreux sont les auteurs ayant marqué le XIXe siècle et nombreux sont les contemporains qui nous proposent des romans victoriens.

Lire la suite

Top Ten Tuesday #6 – Mes 10 couvertures de livres favorites

Le Top Ten Tuesday est le rendez-vous hebdomadaire dans lequel chaque blogueur liste son top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

top ten tuesday

La semaine dernière, par manque d’inspiration (et aussi de temps), je n’ai pas fait de Top Ten Tuesday. Mais cette semaine, je trouve le thème plutôt drôle : Les 10 couvertures favorites de livres que vous avez déjà lus.

Voici donc mes 10 couvertures de livres favorites en image et plus bas, la liste qui l’accompagne.

Le Rat de Librairie_Top Ten Tuesday_Couvertures favorites_2013

  1. L’erreur est humaine, Woody Allen – Une couverture à l’image de Woody Allen : drôle !
  2. Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, Mathias Malzieu – L’univers poétique et enfantin des romans de Mathias Malzieu est parfaitement identifiable dès les couvertures de ses livres.
  3. La Mécanique du coeur, Mathias Malzieu
  4. Les mauvaises nouvelles, Nicolas Sirkis – Simple mais percutante, à l’image du livre.
  5. Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, Haruki Murakami – Les couvertures des romans de Murakami sont toutes très belles et poétiques je trouve.
  6. Pas mieux, Arnaud le Guilcher – Une couverture qui ne ressemble à aucune autre… comme le livre.
  7. 1Q84, tome 1, Haruki Murakami
  8. 1Q84, tome 2, Haruki Murakami – Hâte d’avoir le tome 3 pour finir la fresque (et connaître la fin de l’histoire évidemment).
  9. Paris revealed, Stephen Clarke – Je ne saurais expliquer pourquoi j’aime cette couverture, peut-être pour les couleurs, les références à Paris qui sont très nombreuses. Bref, une couverture cohérente et jolie.
  10. Histoires brèves et ultra-brèves, Heimito von Doderer – Les livres de la collection Motifs sont toujours très beaux et celui-ci ne déroge pas à la règle.

Je suis certaine qu’il y a d’autres mais dans la vie, il faut savoir faire des choix !