Amélie Nothomb tue le père

Qui dit rentrée littéraire, dit Amélie Nothomb. Sauf que je n’ai pas lu son dernier roman mais celui qu’elle a publié il y a deux ans : Tuer le père. Ce livre fut l’occasion de renouer avec Nothomb que j’appréciais tellement lorsque j’étais adolescente. Hygiène de l’assassin a été l’un de mes premiers coups de coeur littéraires suivi de belles découvertes : Péplum, Métaphysique des tubes, Attentat, Les Combustibles, Cosmétique de l’ennemi… Mais, depuis presque 10 ans, je me suis un peu désintéressée. Est-ce l’effet « rentrée littéraire » et les traditionnelles tournées promotionnelles ? Peut-être. J’ai aimé ses livres mais je n’ai jamais vraiment accroché avec sa personnalité (la voir partout m’a donc probablement éloignée).

Certaines années, ma mère m’offrait le dernier Nothomb. Des livres que j’ai mis de côté en me disant « on verra plus tard ». Et ce plus tard est arrivé il y a quelques semaines pour Tuer le père. Retrouvailles.

Le Rat de Librairie_Tuer le père_Amélie Nothomb_2013

Lire la suite

Un petit tour dans la Vallée de la peur

Après avoir lu Le Chien des Baskerville, j’ai décidé de continuer les aventures de Sherlock Holmes avec La Vallée de la peur. C’est une découverte un peu décousue donc car je ne commence pas par le début, je prends le premier que je trouve. Il va peut-être falloir que je suive la chronologie au risque de me retrouver un peu perdue et surtout, de ne rien comprendre.

En attendant que je me fixe un cadre, je vais vous parler un peu de La Vallée de la peur, le quatrième et dernier roman mettant en scène les aventures de Sherlock Holmes (souvent relatées au travers de nouvelles).

Le Rat de Librairie_La Vallée de la peur_Conan Doyle_2013

Lire la suite

Demain j’arrête… ou pas !

Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ?

C’est officiel, je fais partie des milliers de lecteurs qui ont dévoré Demain j’arrête ! de Gilles Legardinier. A force de le voir partout, je commençais à me dire que ce livre ne finirait pas dans ma bibliothèque. Je sais que c’est étrange mais les promotions intensives et têtes de gondole ne me font que très rarement craquer (c’est aussi valable pour certains films). Mais c’était sans compter sur l’une de mes copines qui un jour, m’a prêté le grand succès de l’été.

Quelques jours après, je me décide enfin à ouvrir ce livre sur lequel trône un chat coiffé d’un bonnet péruvien… et c’est sans regret !

Le Rat de Librairie_Demain j'arrête_Gilles Legardinier_2013

Lire la suite

Top Ten Tuesday #10 – Pourquoi je préfère les livres papier au ebooks

Le Top Ten Tuesday est le rendez-vous hebdomadaire dans lequel chaque blogueur liste son top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

top ten tuesday

Le thème de cette semaine est : Les 10 raisons qui font que vous préférez les livres papier aux ebooks. Je dois dire que ce thème tombe très bien car cela faisait un moment que l’idée de faire un billet sur les liseuses et ebooks me trottait dans la tête. Je n’ai jamais testé la lecture sur liseuse et je suis certaine qu’elle est agréable, les écrans semblent très bien conçus et le design de certains produits est plutôt attirant. Mais mon attachement aux livres papier est trop important pour que l’envie me prenne d’acheter ce type de produit. Voici, en 10 points, pourquoi je préfère les livres papier aux ebooks.

  1. Le toucher – Prendre un livre dans une librairie, dans ma bibliothèque personnelle ou dans celles de mes proches est un geste qui me plaît. C’est ce qui marque le début d’une « relation » avec le livre. Découvrir la texture d’une couverture, tourner le livre pour lire la quatrième de couverture, l’ouvrir, tourner les pages sont autant de petits plaisirs que je ne suis pas prête d’abandonner.
  2. La vue – Visuellement, tous les livres sont beaux. Il y en a pour tous les goûts et toutes les envies, tant au niveau des couleurs qu’au niveau des tailles. On ne peut pas en dire autant pour les « icônes » (je ne sais pas comment on les appelle) des ebooks. Il n’y a rien de mieux que de laisser ses yeux se poser sur un livre, puis un autre, et de les laisser faire une première sélection.
  3. L’exposition – Les livres ont, chez moi, une place très importante. Ce ne sont pas des objets entreposés dans un coin de l’appartement, ils sont au centre et je les considère comme un élément de décoration à part entière. N’avez-vous jamais remarqué qu’une pièce dans laquelle les livres sont visibles devient tout de suite plus chaleureuse ? Ajoutez une cheminée, un joli canapé et une lumière tamisée, et vous serez prêt(e) pour passer le plus beaux de tous les hivers !
  4. Le contact – On ne peut pas le nier, les librairies ne sont pas les boutiques les plus fréquentées (je ne parle pas des grands magasins culturels bien entendu). Et pourtant, le fait d’entrer dans une librairie, une vraie, est un acte qui me rend heureuse et dont je ne me lasse pas. Qu’elles soient petites ou immenses, généralistes ou thématiques, modernes ou anciennes, toutes les librairies ont une âme et un charme qu’aucune autre boutique ne peut copier, mais surtout elles sont humaines. Les libraires sont souvent de bons conseils et accueillants, il y a toujours des exceptions mais dans l’ensemble, ils s’en sortent plutôt bien. Alors certes, les vendeurs des grands magasins peuvent avoir un niveau de connaissances comparable, mais ils manquent cruellement de temps pour les clients.
  5. Le choix – Prendre un livre, le reposer, en trouver un autre et puis revenir sur le premier… Voilà une phrase qui décrit parfaitement mon comportement lorsque je suis dans une librairie. Parfois, je me dis « stop et prends en trois » mais je ne le fais rarement. Pour moi, le choix d’un livre est comme un jeu. La librairie est l’un des rares lieux où l’indécision me plaît.
  6. L’expérience – Qui ne ferme jamais son livre au milieu d’une séance lecture pour voir où il/elle en est ? Personnellement, je le fais une fois sur deux. Lorsque j’aime vraiment un livre, je vérifie que je n’avance pas trop vite pour faire durer le plaisir et le contraire est également valable. Comment fait-on avec les ebooks ?
  7. Le souvenir – Il y a un nombre considérable de livres, j’en achète et j’en lis un grand nombre chaque année. Multipliez ce nombre annuel par l’âge que vous avez et vous obtenez une longue, très longue liste de romans, nouvelles, beaux livres… Notre mémoire n’est pas toujours fiable et ce n’est qu’en parcourant ma bibliothèque que j’arrive à me souvenir de tous les livres que j’ai lus. Il y a même des jours où je tombe sur un livre acheté quelques années plus tôt et que je n’ai jamais ouvert. Un vrai bonheur !
  8. Le cadeau – Dans une société de consommation comme la nôtre où les gens possèdent presque tout dont ils ont besoin, offrir devient un acte difficile. Le livre est toujours un beau cadeau. Tout le monde lit, même si ce n’est qu’une ou deux fois dans l’année pour certain. Mais le livre est surtout un objet que l’on garde longtemps et je trouve très agréable le fait d’associer un livre à une personne, une soirée d’anniversaire ou de Noël.
  9. L’héritage – Pour le moment, je n’ai pas d’enfant mais quand j’en aurais, je pense que je serais fière de pouvoir leur montrer tous les livres que j’ai lus et que j’ai aimés. Leur en parler sera un pur bonheur et leur donner aussi. Ils n’aimeront peut-être pas la lecture autant que je l’aime mais peu importe, mon objectif sera de leur faire découvrir les richesses de la littérature. Pas certaine qu’offrir une liseuse avec une quantité impressionnante d’ebooks soit aussi symbolique que de léguer une bibliothèque pleine de beaux livres papier.
  10. L’histoire – Les techniques de l’imprimerie de Gutenberg vers 1450 ont révolutionné le monde de l’écriture. Aujourd’hui, le livre est un objet de la vie courante. Le progrès technologique n’est pas une mauvaise chose, au contraire, mais le livre papier doit continuer à exister pour faire honneur à son histoire et à toutes les personnes qui ont contribué à son développement et à son succès.

Voilà, je vous ai donné les 10 raisons qui font que je préfère les livres papier aux ebooks. Dans le monde très technologique qu’est le nôtre, le livre nous permet de nous évader, d’arrêter de le temps et de nous faire rêver. Nous ne pouvons pas nier que le progrès est important et nous permet de faire des choses impensables il y a quelques années. Mais sachons apprécier l’authenticité de temps en temps. En tout cas, moi je vais continuer !

Et vous, livres papier ou ebooks ?