A quoi le monde ressemblerait en cas de guerre de zombies ?

En décembre dernier, j’ai vu le film World War Z, un navet international réalisé par Marc Forster avec Brad Pitt dans le rôle principal. Il faut dire que les films d’action américains ne sont pas les films que je préfère mais il y a parfois du bon. Dans celui-ci, il n’y en a pas. Quelques mois après, j’ai tout de même lu le livre parce qu’on me l’avait conseillé tout en me précisant qu’il n’avait absolument rien à voir avec le film. Et c’est vrai.

World War Z (livre) a été écrit par Max Brooks, auteur américain spécialisé dans l’horreur, et publié en 2006. Dans ce livre, Brooks incarne un agent de la commission Post-Traumatique de l’ONU qui se lance dans la rédaction d’un livre après la mise à l’écart de son rapport officiel remis à l’ONU.

wpid-img_20140312_131911_654-1.jpg

Ce livre est une collection d’entretiens entre l’auteur et les personnages situés aux quatre coins du monde : Chine, Israël, Irlande, Etats-Unis, Saint Empire Russe, France… Tous les entretiens ont eu lieu après la Ze Guerre Mondiale, une guerre contre les zombies qui a commencé par des événements isolés et s’est poursuivie par une pandémie et une panique internationale. Chacun des personnages interrogés par Brooks, raconte un moment vécu durant cette guerre et livre son point de vue sur celle-ci et la manière dont elle a été gérée par les pays et les puissants de ce monde.

A l’origine, je ne suis pas une grande fan de science-fiction et encore moins des histoires de zombies (même si, comme tout le monde, j’aime bien me faire peur). Mais j’ai aimé ce livre. Selon moi, WWZ est tout d’abord un livre intéressant d’un point de vue géopolitique. Les humains, peu importe leur nationalité, leur niveau de vie ou d’éducation, sont égaux face aux zombies qui forment notre ennemi commun. Or, Max Brooks, à travers les points de vue individuels des personnages, arrive à mettre en exergue les conflits ou mini-conflits qui peuplent le monde et mettent en péril notre cohésion et notre force face à cet ennemi commun. Au-delà des conflits entre pays, il montre que, pour certains, la course vers le pouvoir ou vers la survie au détriment des autres passe avant le reste. Enfin, Brooks nous prouve (comme si nous en avions besoin) que, l’égalité des hommes n’est que théorique : les plus aisés s’en sortent (parfois) mieux.

Si le livre avait ressemblé au film (ou plutôt l’inverse), s’il avait simplement relaté l’histoire de la guerre des zombies et ressemblé à une simple narration, je ne l’aurais pas aimé. Le fait d’avoir utilisé le format interview permet au lecteur de s’identifier et de s’imaginer dans des situations complètement surréalistes. Je me suis même souvent demandée comment aurais-je fait pour m’en sortir ? Plusieurs fois, lorsque je lisais le livre seule chez moi (le soir surtout), j’ai essayé d’échafauder des plans : si, là maintenant, une guerre de zombies démarre, où puis-je me réfugier ? Dois-je rejoindre ma famille ? Que dois-je faire pour en neutraliser un ? Autant de questions que l’on n’aura (normalement) jamais à se poser mais qui nous viennent lorsque l’on est à fond dans ce type de livre.

Que toutes les personnes qui ont vu et détesté WWZ (film) courent acheter le livre : les deux n’ont absolument rien à voir et j’irais même jusqu’à dire que Forster devrait avoir honte d’avoir qualifié son film d’adaptation. Selon moi, c’est un manque de respect envers le travail réalisé par Brooks. Ce dernier a d’ailleurs renié le film et a totalement raison lorsqu’il déclare que « le film et le livre ne partagent que le titre ».

Sur ce point, je vous conseille de lire l’article écrit et publié l’année dernière par Ariane Nicolas, journaliste à France TV Info, sur son blog : « Les 1001 aberrations de scénario de « World War Z » ». Cet article est non seulement drôle mais permet également de se rendre compte de la bêtise des scénaristes (même si les dialogues sont fictifs, il y a sûrement une part de vrai).

Ce que dit la 4e de couv :

La guerre des zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l’ensemble de l’humanité. L’auteur, en mission pour l’ONU – ou ce qu’il en reste – et poussé par l’urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d’âmes jusqu’aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Jamais auparavant nous n’avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l’existence – de la survivance – humaine au cours de ces années maudites.

Prendre connaissance de ces comptes rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l’effort en vaut la peine, car rien ne dit que la Ze Guerre Mondiale sera la dernière.

Publicités

5 réflexions sur “A quoi le monde ressemblerait en cas de guerre de zombies ?

  1. J’ai pas vraiment aimé le livre … J’attendais autre chose peut etre. En tout cas le guide de survie en territoire zombie qui suivait dans l’édition Intégrale Z était assez drôle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s