Confessions d’une fan de Jane Austen

Celles et ceux qui me lisent depuis un moment savent que Jane Austen est l’une de mes plus belles découvertes de l’année 2013. Depuis, j’ai lu 4 des 6 livres achevés de l’auteur, j’essaye de faire durer le plaisir… C’est pourquoi je me suis jetée sur Confessions d’une fan de Jane Austen, de Laurie Viera Rigler. Le titre est explicite, la quatrième de couverture a attisé ma curiosité et j’avais envie de lire un bon livre de filles, drôle et frais.

Courtney est une jeune femme paumée et triste qui a découvert que son fiancé la trompait et que son meilleur ami le couvrait. Elle se sent trahie et tente de noyer son chagrin dans l’alcool et dans Orgueil et Préjugés. Le lendemain matin, Courtney se réveille dans la peau d’une autre : Miss Mansfield.

IMG_0274

Les premiers pas de Courtney dans le monde de Miss Mansfield ont lieu dans la chambre de la jeune fille avec le docteur et des employés de maison. La jeune fille est souffrante, Courtney va alors découvrir les soins prodigués à cette époque. Elle comprend très vite qu’elle n’est pas dans sa chambre, qu’elle n’est pas elle-même et que son cauchemar (ou rêve ?) ne fait que commencer. Les premières pages du livre sont drôles, comme je m’y attendais. Le langage de Courtney, jeune américaine du XXIe siècle, n’est bien entendu pas du tout adapté à l’époque de Miss Mansfield. Le franc-parler et la spontanéité ne sont pas des qualités au XIXe siècle mais plutôt synonyme de manque d’éducation ou de mauvaise conduite.

Malgré cela, Courtney tente tant bien que mal de se mettre dans la peau de Miss Mansfield ; elle essaye d’imaginer comment la jeune fille se comporterait ; elle découvre sa mère, ses amis et Charles Edgeworth, un beau jeune homme mystérieux. Avec son expérience de femme trahie par un homme, Courtney va essayer de découvrir si Edgeworth est bien un gentleman, ou non.

On ne peut pas dire que je me sois beaucoup attachée à la romance entre Courtney (ou Miss Mansfield) et Edgeworth, je l’ai trouvée plutôt insipide. Il faut dire que l’auteur n’a pas vraiment fait entrer ce personnage dans le roman, il reste en arrière plan. En revanche, je voulais rire en ouvrant ce livre, et c’est presque gagné grâce au ridicule de certaines situations et aux fantasmes de Courtney. Elle se prend vraiment au jeu et s’imagine parfois au cœur d’une intrigue digne des romans de la Régence anglaise et de l’époque victorienne.

En dehors de cela, il n’y a pas grand chose à dire. Je n’ai pas été déçue car je ne m’attendais pas à avoir un vrai coup de cœur. Je voulais rire, me changer les idées et lire quelque chose de léger, c’est exactement ce que j’ai trouvé. Loin de moi l’idée de jouer la grande critique littéraire aigrie et conservatrice, mais je dois dire que je suis un peu perplexe face au travail de l’auteur. Jane Austen est un monstre de la littérature anglaise, ses personnages sont marquants, ses histoires drôles et profondes à la foi, et sa plume est extraordinaire. Ce livre aurait sûrement eu plus d’impact si les personnages de Laurie Viera Rigler avaient eu plus de corps, comme ceux d’Austen. Ils vont et viennent, mais n’ont pas ce petit truc qui fait que l’on se souvient d’eux (ou que l’on s’attache).

Pour conclure, si vous cherchez une lecture légère, allez-y. Si vous êtes un(e) fan incontesté(e) de Jane Austen, passez votre chemin. Quant à moi, je garde Tribulations d’une fan de Jane Austen (la suite) au chaud et ne la sortirait qu’en 2015, lorsque j’aurais besoin d’une lecture légère, entre deux pavés par exemple !

Ce que dit la 4e de couv :

Je n’aurais jamais dû noyer mon chagrin dans une énième relecture d’Orgueil et Préjugés et dans l’alcool, car aujourd’hui, me voilà propulsée à l’époque de la Régence anglaise dans le corps d’une autre femme ! Même si la mode Empire et les moeurs ne cesse de me surprendre, je m’aperçois que cette vie offre, malgré tout, son lot de charmes. Surtout lorsque que je rencontre l’élégant et séduisant Charles Edgeworth. Mais est-il un Darcy ou un Wickham ? S’il se révèle être un Darcy, je pourrais bien ne plus jamais éprouver l’envie de rentrer chez moi, après tout…

Publicités

2 réflexions sur “Confessions d’une fan de Jane Austen

  1. Je suis aussi une grande fan de Jane Austen, et la plupart du temps, la littérature dérivée ne me plait pas du tout ! j’ai eu pas mal de déception à ce sujet! mais je pense quand même tenté celui ci pour le côté lecture légère entre 2 pavés justement ,)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s