Audrey Siourd nous transporte dans le monde des liseuses

Le monde dans lequel nous vivons est défini, pour la plupart, comme un monde de brutes. Nous en avons des exemples tous les jours. Au milieu de la barbarie que l’on nous montre chaque jour, il y a les actualités et tendances que je ne qualifie pas d’inutiles mais plutôt futiles (qui prennent généralement vie via les réseaux sociaux). Dans ce contexte, il est bon, de temps en temps, de fermer un peu les yeux, les oreilles, pour mieux les ouvrir aux choses simples de la vie, réconfortantes et poétiques. Loin de moi l’idée de vous proposer un post en mode « pays des Bisounours » ou donneur de leçon mais je suis convaincue, encore plus aujourd’hui, que si nous passions plus de temps à ouvrir les yeux sur les êtres humains qui nous entourent (les vrais), sur les plaisirs simples de la vie ou tout simplement sur les initiatives positives, nous ne céderions pas autant au pessimisme que les médias et leaders de ce monde nous servent à longueur de journée. L’idée n’est pas de fermer complètement les yeux sur ce qui se passe dans le monde, au contraire, mais tout simplement d’arriver à faire cohabiter les aspects positifs et négatifs de notre monde.

Pourquoi ai-je eu envie d’écrire cela aujourd’hui ? Je viens de découvrir « Les Liseuses » d’Audrey Siourd qui, sur compte Instagram, se décrit comme une »Serial liseuses de bonne aventure ». Si je vous en parle c’est parce que je sais à quel point vous aimez la lecture, pas seulement pour la littérature, mais pour ce moment intime que l’on partage avec une histoire, un auteur. Un moment unique qui nous permet d’entrer dans une bulle, notre bulle. Audrey a eu la merveilleuse idée de photographier des femmes, anonymes, en train de lire dans les transports en commun.

#liseuse #ratp #ligne11 #artsetmetiers #metro

A post shared by audrey siourd (@audreysiourd) on

 

Je ne sais pas pourquoi elle ne photographie que les femmes, peut-être parce qu’elle en est une, tout simplement. Ou peut-être car les femmes « consomment » plus de livres que les hommes (c’est ce qui se dit, je n’ai pas réussi à trouver de chiffres, si vous en avez je suis preneuse).

Certains diront, « quel intérêt de regarder des photos de femmes qui lisent dans les transports ? » Personnellement, j’en vois deux :

  1. Faire une pause : s’arrêter un moment pour prendre le temps de regarder les autres, couper avec le monde que j’ai décrit plus haut et contempler les choses simples de la vie.
  2. Valoriser la lecture : les livres ne sont pas morts. Des lecteurs, j’en vois également tous les jours dans le métro, à des terrasses de café ou aux coins des rues (oui, même en hiver). Comme Audrey Siourd, je les regarde, cela me fait plaisir. Et lorsque j’ouvre mon livre, j’ai toujours cette sensation d’appartenir à une famille, celle des lecteurs.

#liseuse #ratp

A post shared by audrey siourd (@audreysiourd) on

 

Par ailleurs, je rejoins ce que dit Pamela Pianezza dans son article : Ce qui captive dans ce premier travail sériel d’Audrey Siourd – musicienne de formation travaillant depuis plusieurs années dans l’édition –, c’est le contraste entre la douceur de l’intimité capturée et le caractère froid et, par définition, public, des transports collectifs. De la rencontre de ces deux univers, intérieurs et extérieurs, découlent des images d’une étonnante chaleur.

Lecteurs, lectrices, si vous avez un compte Instagram, celui d’Audrey Siourd est fait pour vous : https://instagram.com/audreysiourd/.

Bon voyage !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s